Comment choisir la bonne méthode de gestion projet ?

De nos jours, ce n’est pas facile de trouver la bonne méthode de gestion de projet qui peut être comparée dans la situation de choisir la bonne chaussure de course. Pareil dans la situation de choisir la bonne chaussure, il y a toujours plein de modèles différents et chacun correspond à des activités différentes pour la personne et en gestion de projet, les méthodes fonctionnent de la même manière. Il est difficile pour l’individu de savoir où commencer et par quoi autant dans les deux situations semblables. Dans la gestion de projet actuelle, il est important de bien choisir les bonnes méthodes, car elle va vous dicter la marche à suivre pour un certain bout pour vos activités de projet et si vous choisissiez la mauvaise méthode, c’est un peu la situation d’avoir une roche dans le soulier qui devient désagréable à la longue.

Les questions se posent sur comment faire, quoi choisir, c’est quoi les étapes, etc. Tout d’abord, il ne faut pas faire l’erreur d’adapter l’organisation à une méthodologie, mais en réalité de choisir la bonne méthode qui va bien s’intégrer à l’organisation (MacMaster, 2002) telle qu’un soulier à la bonne pointure. Cependant, avant de choisir la bonne pointure de méthode pour la gestion de projet, la personne doit cibler à quoi la méthode va d’être utilisé dans l’organisation et dans quel type d’activité. Ce raisonnement premier est pareil quand un individu veut choisir un soulier, il doit déterminer quel est l’usage de ce soulier, car ce n’est pas les mêmes souliers pour faire de la course à pied, ou pour travailler dans une cuisine, ou « se mettre sur son 31 ». Donc, l’organisation doit évaluer leurs besoins d’activités, si elle possède des projets ayant besoin de beaucoup de flexibilité, de contrôle, de processus, d’intégration de partie prenante et, etc. (MacMaster, 2002). Selon les besoins, il est possible de déterminer si l’organisation tend plus vers une méthodologie plus traditionnelle telle que ceux démontrer par le PMBOK® ou plus vers une méthodologie agile par exemple le Scrum ou le Lean. Pourtant le choix ne se termine pas là, car à l’intérieur d’une méthodologie, il existe une multitude de méthodes qui peuvent être appliqué tel qui est démontré dans le management de projet agile (Sliger, 2011). Il est important de bien se connaître ou bien connaître l’organisation pour bien évaluer les besoins et de faire des comparaisons entre méthodes et faire des perspectives d’avenir pour analyser l’investissement futur (MacMaster, 2002). Néanmoins, il est vrai que la méthodologie et la méthode doivent bien s’intégrer à l’organisation, mais il est autant plus important de l’appliquer à la lettre si l’organisation veut voir des répercussions positives.

Choisir une méthode de gestion de projet ou une paire de souliers, ce n’est pas toujours une partie de plaisir, mais lorsque le choix est bon, c’est à ce moment que le plaisir embarque dans nos activités. Pour y arriver, il est très important de bien s’informer sur les différentes méthodes et l’application de vos activités de gestion de projet pour bien arrimer les deux qui vous permettra d’atteindre la ligne d’arrivée comme tout le monde avec un résultat.

Bibliographie

MacMaster, G. (2002). Choosing the right PM method. PM Network, 16(3), 48–50.

Sliger, M. (2011). Agile project management with Scrum. Paper presented at PMI® Global Congress 2011—North America, Dallas, TX. Newtown Square, PA: Project Management Institute.

Présentation de l’auteur

Jimmy LacourseJimmy Lacourse

Jimmy Lacourse est doctorant en management de projets à l’UQAC et possède une maitrise en gestion de projet avec mémoire de l’UQTR. IL est également membre étudiant du Laboratoire d’études multidisciplinaires en gestion de projets de l’UQAC. Ses intérêts de recherche de sa thèse se situent dans la compréhension des relations entre les concepts de l’éthique, de la prise de décision et des pratiques associées dans la gestion organisationnelle de projet. Dans les dernières années, il a travaillé au sein d’association étudiante et a siégé sur divers conseils d’administration durant son parcours universitaire.

Article précédent
Comment intégrer le design thinking dans la gestion de projet d’innovation?
Article suivant
Le leadership en gestion de projet : Comment affirmer son leadership sans autorité hiérarchique ?

Articles liés

Menu