Gestion de projet et conflits : Comment faire face aux tensions et aux relations parfois conflictuelles?

Par Imane Chaib, étudiante en Maîtrise en Gestion de projet à l’UQAC

Un conflit est la rencontre de sentiments, d’opinons ou d’intérêts opposés entre deux ou plusieurs personnes. Ces conflits d’entreprises ne font que générer des émotions négatives telles que la colère, la déception et la tristesse. Toutefois, les conflits interpersonnels sont inéluctables à notre dynamique de travail, notamment en gestion de projet. Cependant, ils doivent être gérés convenablement pour éviter les conséquences négatives sur l’individu ainsi que sur l’organisation.

D’après Haris (2018), la solution serait de communiquer de façon constructive et contrôlée. En effet, pour un gestionnaire de projet, les compétences en communication englobent la négociation, la communication, la relation client et la gestion des conflits. Deux définitions de la communication apparaissent dans la littérature. Premièrement, la communication est vue comme une compétence du gestionnaire de projet qui lui permet d’être efficace dans sa gestion de projet. Le deuxième point est que la communication est un facteur de réussite, mais également un facteur qui conduit à l’échec de la gestion de projet, dans le cas où elle n’est pas effective (Söderlund, 2011). Dans les deux définitions, la communication est généralement considérée comme « fournissant des réseaux appropriés et les données nécessaires à tous les acteurs clés de la mise en œuvre du projet » (Slevin et Pinto, 1987, p. 34). Ces deux significations supposent que la communication n’est pas seulement une question d’échange d’informations, mais aussi une partie intégrante de l’orientation et des résultats du projet (Ziek et Anderson, 2015). De ce fait, elle est une clé fondamentale à tous les conflits dont l’organisation peut souffrir et permet à l’équipe-projet d’aller dans la bonne direction et d’atteindre les objectifs fixés initialement. La communication est donc un outil essentiel à maîtriser dans la démarche de gestion des conflits et des différences. Il est alors important que le gestionnaire de projet développe des compétences personnelles (telles que l’intelligence émotionnelle, la réflexivité) afin de savoir reconnaître les différents types et sources de conflits potentiels.

Il faut aussi préciser que certains conflits ne sont pas nécessairement néfastes. S’ils sont bien résolus, ils permettent à l’équipe de recourir à une franche communication dont l’objectif est de faire évoluer le groupe vers la recherche de solutions.

Nous soulignons que gérer les conflits interpersonnels doit être vu comme normal, comme une composante de la tâche quotidienne. Aussi, tout gestionnaire doit concevoir l’activité de gestion des conflits, non pas comme une épreuve qui vient perturber ses activités, mais comme une occasion de développement des membres de son équipe et de lui-même.

Bibliographie

Haris, K. (2018, Août 29). « Gestion de conflits en entreprise ». Les Echos.

Pinto, J. K. & Slevin, D. P. (1987). « Critical factors in successful project implementation ». IEEE transactions on engineering management, (1), pp. 22-27.

Söderlund, J. (2011), “Pluralism in project management: navigating the crossroads of specialization and fragmentation”. International Journal of Management Reviews, Vol. 13, No. 2, pp. 153-176.

Cornier, S. (2004), « Dénouer les conflits relationnels en milieu de travail ». Presses de l’Université du Québec.

Ziek, P., & Anderson, J.D. (2015), “Communication, dialogue and project management”, International Journal of Managing Projects in Business; Bingley Vol. 8, No. 4, pp. 788-803.

Imane ChaibImane Chaib, étudiante en Maîtrise en Gestion de projet à l’UQAC

Native du Maroc, Imane détient un baccalauréat scientifique avec une spécialisation mathématiques. Elle est actuellement étudiante pour l’obtention d’un double diplôme en Maintenance, Management et Maîtrise des risques à Polytech Nancy, école d’ingénieur généraliste française, et en Gestion de projet à l’Université du Québec à Chicoutimi. Imane est aussi membre de l’équipe éditoriale du PMI Lévis-Québec. Elle est également passionnée par le leadership et le management de projet.

 

Article précédent
Lecture du mois de Philippe Boigey, DS.C. en Sciences de Gestion, UQAC
Article suivant
Article du mois : La gestion du changement (2e partie)

Articles liés

Menu