Connaissez-vous l’AQIII?

Connaissez-vous l’AQIII?

L’Association québécoise des informaticiennes et informaticiens indépendants (AQIII) est une communauté d’affaires professionnelle fondée en 1993 et qui a le statut d’organisme sans but lucratif. Elle représente le plus grand bassin de consultants indépendants en technologies de l’information (TI) au Canada. Depuis plus de 25 ans, elle favorise l’obtention de mandats dans le domaine des technologies, la création d’outils pour le démarrage, le soutien aux entrepreneurs indépendants et le maillage d’affaires par ses activités et interventions à valeur ajoutée.

L’association couvre le Québec en entier grâce à une présence locale dans plus de 4 villes différentes : Montréal, Québec, Ottawa/Gatineau, Saguenay /Lac St-Jean. Fait à noter, elle compte plus de 21% de gestionnaires de projets dans ses rangs.

La force du nombre

L’AQIII regroupe plus de 1 700 consultants indépendants et entrepreneurs en TI au Québec qui profitent d’une multitude d’avantages, rendus possibles grâce à la force du nombre :

  • 50+ rabais exclusifs et assurances collectives (invalidité, erreurs et omissions, soins de santé, etc.);
  • 3 200+ offres de mandats en TIC par année, avec alertes quotidiennes;
  • 40+ événements de contenu et de réseautage annuellement;
  • Boîte à outils virtuelle complète, pour structurer et optimiser son entreprise de consultation;
  • Programme de mentorat entre pairs, pour accompagner les membres dans leurs projets d’affaires;
  • Analyse de l’industrie et taux horaires comparatifs pour une trentaine de spécialités.

Figure 1

L’AQIII est également le porte-parole des principales préoccupations des consultants indépendants et œuvre notamment à protéger le statut fiscal des entrepreneurs indépendants en TIC. Elle effectue aussi une veille du marché et constitue la principale source d’information sur le marché de la consultation.

Saviez-vous que…

Plus de 21% des membres de l’AQIII sont des gestionnaires de projets ? En effet, un nombre croissant de professionnels en gestion de projet se lancent à leur compte comme indépendants afin d’accompagner leurs clients, PME et grandes entreprises, de façon neutre, dans leurs divers projets d’affaires technologiques ou de virage numérique.

Figure 2

 

Quelle est la formule la plus avantageuse : employé ou travailleur indépendant?

Voici le témoignage de deux professionnels en gestion de projet travailleurs indépendants.

Témoignage 1 : M. Adil Mostakim, MGP, CSM

https://www.linkedin.com/in/adil-mostakim/

‘’Une question que plusieurs de mes collègues me posent constamment : ma réponse immédiate est toujours la même : cela dépend de vous-même en tant que personne et de plusieurs autres facteurs. Cela peut paraître ambigu mais c’est la réalité !

Être autonome est un choix qui requiert une bonne réflexion et beaucoup d’audace. D’où l’intérêt de se poser les questions suivantes :

  • Quelle est votre tolérance aux risques ? Entre autres, accepter d’avoir des périodes creuses sans mandat, avoir une incertitude financière ?
  • Généralement on parle d’être capable d’avoir une réserve de trois mois le temps de trouver un nouveau mandat.
  • Pensez-vous être une personne disciplinée et organisée pour gérer vos tâches administratives : comptabilité, impôt, optimisation fiscale, etc…? Bien que tous ces livrables soient faits par des professionnels, vous aurez tout de même des devoirs à faire.
  • Avez-vous l’esprit entrepreneurial ? Personnellement c’est le facteur le plus important à mes yeux. Du moment où vous décidez d’être autonome, il va falloir vous équiper de certaines munitions et / ou vous approvisionner (formation, conseil, coaching, etc…).

Je ne vous apporte rien de nouveau à ce sujet, mais ce n’est qu’un rappel de certaines qualités de base que vous devriez avoir en tant que gestionnaire de projet autonome :

  • Être déterminé : ne pas perdre les objectifs de vue;
  • Avoir le goût de la liberté : gérer ses finances librement, choisir des défis intéressants…;
  • Être sociable et ouvert d’esprit : tisser des liens d’affaires, élargir et soigner son réseau de contacts, participer à des événements d’affaires, s’impliquer dans des organismes professionnels tel que : PMI, AQIII, GP Québec, et bien d’autres…
  • Être ouvert à des partenariats : s’ouvrir sur des projets de groupe, partager ses rêves et ses idées, bien s’entourer;
  • Être généreux et altruiste : en affaires il y a de la place pour tout le monde, plus on en donne, plus on en reçoit;
  • Avoir confiance en soi : cela permet de prendre certaines décisions difficiles et à surmonter certains obstacles;

Si vous répondez « oui » à 50 % minimum des éléments précédents, c’est que vous avez un fort potentiel de réussir en tant que gestionnaire de projet autonome au Québec.

Personnellement, j’ai franchi le cap il y a plusieurs années, et j’en suis entièrement satisfait ! Voici les principaux avantages pour lesquels j’ai choisi d’être travailleur autonome en gestion de projet :

  • Développer mon entreprise et mes projets selon ma vision et mes ambitions;
  • Avoir une liberté financière;
  • Tirer profit des avantages fiscaux que le gouvernement offre pour les entreprises incorporées;
  • Choisir mes défis et mes mandats;
  • Diversifier mes expériences auprès de différents clients;
  • Augmenter ma visibilité et ma notoriété sur le marché;
  • Développer mon réseau de contacts professionnels;
  • Tirer profit de l’évolution du marché des TI au Québec et de la forte demande en matière de ressources’’.

Portrait des consultants indépendants
(NDLR) Au niveau du chiffre d’affaires moyen, il faut considérer le poids élevé que représente Montréal.

Figure 3

 

Témoignage 2 : M. Jean-François Lamy, ADM.A, MBA, MGP, M. Sc., PMP, ITIL v3, Scrum Master

https://www.linkedin.com/in/jelamy/

M. Jean-François Lamy, également gestionnaire de projet à son compte, PMP et membres du PMI et de l’AQIII, mentionne aussi que le plus grand avantage d’être travailleur indépendant est la liberté qu’on en retire, car on a un certain contrôle sur le choix des mandats.

‘’Il faut toutefois être en mesure de soutenir financièrement les périodes entre deux mandats (il n’y a pas d’entrée de fonds)’’. Il mentionne également le goût de l’aventure et de sortir du cadre traditionnel comme source de motivation pour se lancer à son compte. M. Lamy mentionne d’autre part les avantages suivants :

  • le choix et la durée des mandats : comme les mandats ont une durée limitée dans le temps, on sait qu’on pourra changer à la fin si on n’aime moins un mandat et si on l’aime au contraire, on essaiera de renouveler.
  • la variété des mandats
  • les avantages fiscaux
  • le taux horaire

Mandat type ?

Figure 4

Opportunité de rayonnement pour les membres de l’AQIII!
Accréditation et accompagnement Expert TI – PME 

L’AQIII a développé un programme d’accréditation pour les spécialistes œuvrant auprès de la PME, afin de rehausser la reconnaissance de leurs compétences professionnelles auprès de leurs clientèles PME.

De plus, l’AQIII offre un programme gratuit d’accompagnement TI pour les PME. Le programme Expert-TI PME permet aux chefs d’entreprises de tous les secteurs d’avoir accès à un accompagnement initial par un spécialiste indépendant et accrédité pour analyser leurs besoins d’affaires et les accompagner. Ce programme est offert gratuitement à travers le Québec et comprend :

  • Une visite interactive de deux heures dans l’entreprise;
  • Un diagnostic et une analyse préliminaire des besoins d’affaires TI;
  • Un rapport sommaire de recommandations par l’expert-TI PME;
  • Un affichage gratuit d’une offre de mandat sur la plateforme web de l’AQIII.

Pour en savoir plus sur ce programme et sur l’AQIII :
www.expert-TI.com
www.aqiii.org

Présentation de l’auteure

Anick Huet-Richard, Coordonnatrice – Chapitre de Québec 
C : 418 808-4305
Mme Huet-Richard développe des occasions d’affaires pour les consultants indépendants en TI de la région en leur facilitant l’accès aux contrats et aux services professionnels pour optimiser leur entreprise de consultation. Elle organise les évènements de la région de la Capitale-Nationale, avec l’appui d’un Comité directeur formé de membres-bénévoles. Son rôle consiste également à faire rayonner l’AQIII et ses membres auprès des divers réseaux d’affaires.

Article précédent
Bulletin mensuel – Mai : Agile – le lièvre et/ou la tortue ?
Article suivant
Partagez vos connaissances au colloque 2019

Articles liés

Menu